La vérité sur Ghesquière et Taponier

  • 30 juin 2011

Ils ont coûté à la France l’équivalent de 5 écoles maternelles

 

Hervé Guesquière et Stéphane Taponier ont été libérés et on ne peut que s’en réjouir.

 

Après la joie des retrouvailles, il faudra tout de même leur demander des comptes. Car les faits ne sont certainement pas ceux présentés dans les médias dont l’unanimité fleure bon le corporatisme.

 

Qui sont Guesquière et Taponier ?

Ce sont deux militants de gauche (extrême ?) accessoirement journalistes à FR3. Il est vrai qu’il y a peu de journalistes qui ne soient pas de gauche à FR3 mais eux étaient militants avant d’être journalistes.

 

Que faisaient-ils dans une zone contrôlée par les Talibans ?

Certainement pas leur métier de journaliste.

Comme l’a souligné un militaire en poste en Afghanistan: « Les deux journalistes de FR3 n’étaient pas en reportage quand ils ont été enlevés. Leur avion les attendait, le reportage était terminé ». En fait, de leur propre aveu, ils se sont rendus dans une zone contrôlée par les Talibans pour « assurer les Talibans de la compréhension et du soutien de la presse et de la gauche française dans leur lutte ». En clair, tirer une balle dans le dos de la politique française.

Un autre militaire (censuré par tous les médias) résume : « Les deux touristes farfelus et irresponsables sont partis faire du militantisme politique à titre personnel dans les montagnes afghanes, une fois leur reportage avec l’armée terminé ».

Ecrire qu’ils ne faisaient que leur travail est de la désinformation délibérée.

 

Que nous ont-ils coûté ?

L’irresponsabilité de nos deux aventuriers a mis en danger la vie des militaires français qui, juste après leur enlèvement, ont tenté de les retrouver.

Comme l’a souligné le Général Goergelin, le coût de leur recherche immédiate a dépassé 10 MEUR. Si on ajoute ce qui a été dépensé depuis pour les faire libérer et les nécessaires contreparties qui ont été données aux Taliban, leur petite escapade a coûté à la France au bas mot 20 à 30 MEUR.

 

Faut-il les encenser ou leur demander des comptes ?

Faut-il tolérer que des employés du service public aillent encourager les ennemis de leur pays au mépris de la vie des soldats français ?

La France préfère-t-elle payer les extravagances de deux militants gauchistes ou construire 5 écoles maternelles ?

Écrire le premier commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *