« La Vérité, l'âpre Vérité »

Les Jaunards ou la métamorphose des gilets jaunes

  • 28 janvier 2019

Le mouvement des gilets jaunes a commencé avec des revendications concernant uniquement les voitures : abandon de la taxe CO2 sur l’essence, abandon du nouveau contrôle technique et abandon de la limite à 80 km/h. Puis sont venus les casseurs, les anarchistes et les gauchistes de tous poils. Les gilets jaunes bon enfant des origines ont quasiment disparu et est apparue une engeance beaucoup moins sympathique : les Jaunards.

On le sait depuis longtemps mais les Jaunards nous le rappellent tous les samedis depuis dix semaines : la culture politique et économique d’une partie importante des français n’atteint pas le niveau des genoux.

C’est une culture de la facilité, du loisir et de l’égalitarisme qui est inculquée aux français depuis deux générations par une éducation nationale aux mains de la gauche et, de plus en plus, de l’ultragauche. Nos professeurs, qui ont presque tous un fond trotskiste plus ou plus prononcé, apprennent aux enfants, aux adolescents et aux étudiants que les patrons sont des exploiteurs, que les représentants du peuple sont leurs complices et que le travail et l’effort sont des valeurs inventées par les capitalistes pour exploiter les masses.

Dans la vie professionnelle, le même discours est relayé par les syndicats révolutionnaires qui, bien qu’ultra-minoritaires, exercent un chantage permanent sur l’Etat. Ils n’ont qu’une politique : demander toujours plus et chaque jour plus que la veille. Quoiqu’on leur donne ils en veulent plus…

Les Jaunards sont bien intégrés dans cette mouvance de gauche qui a assez récemment déteint à droite depuis le virage mélenchoniste du Rassemblement National qui, sous l’impulsion de Philippot, a adopté le discours économique de l’ultragauche. Mais gauche et droite se rejoignent chez les Jaunards autour de deux valeurs centrales : la jalousie et l’égoïsme.

Toutes les institutions de la République sont mises en cause par les Jaunards, à commencer par le droit fondamental des démocraties : le droit de vote. Pour un Jaunard, voter ne sert à rien car la majorité n’a raison que si elle est d’accord avec lui. C’est l’égoïsme et l’égocentrisme qui prévalent. La voix de chaque Jaunard doit être prépondérante car « les autres » ne feront rien pour lui alors qu’il mérite d’avoir tout.

Pour les Jaunards, les politiques une fois élus (par « les autres » bien sûr) sont à leur service et ils leur doivent tout. Les politiques n’ont pas besoin d’être payés puisqu’ils ont déjà l’honneur d’avoir été élus et de servir la nation. Leurs salaires – qui sont comparables à ceux des cadres du privé ou des haut-fonctionnaires – sont bien sûr totalement indus. C’est le discours qui domine maintenant sur tous les ronds-points, tombés aux mains de Jaunards jaloux et de égoïstes. L’Etat, le gouvernement, les députés, les sénateurs, les maires, et tous les élus, doivent quelque chose à chaque Jaunard : il lui suffit de tendre la main, comme un SDF, et la générosité générale est chargée de le satisfaire…

Mais qui sont les Jaunards. Selon leurs revendications, ils se scindent en plusieurs catégories :

  • Le Jaunard qui a un métier pénible payé à une fois et demi le Smic mais qui ne fait rien pour évoluer, se former et essayer de trouver un nouveau métier car cela demande trop d’efforts,
  • Le Jaunard qui un métier lui permettant d’avoir suffisamment de jours de congés (et de maladie) et de prendre des vacances et qui a conclus que moins il travaille, mieux il se porte,
  • Le Jaunard qui est au chômage – il y en a assez peu – et qui veut en profiter jusqu’au bout en enchainant notamment les formations bidon qui lui permettent de gagner du temps. Il considère que la société est responsable de son sort et qu’elle doit le prendre en charge et lui retrouver un travail,
  • Le Jaunard qui a créé sa petite start-up, qui espérait faire fortune en la vendant en deux ans mais qui ne s’en sort pas et considère que c’est la faute de l’état qui ne l’a pas pris en charge,
  • Le Jaunard qui a une petite entreprise artisanale, qui a embauché 2 ou 3 ouvriers qu’il a du mal à payer sans sacrifier son propre salaire. Evidemment le fait que son entreprise ne marche pas ne peut pas venir de lui mais personne ne veut reconnaître que ses idées sont bonnes et qu’il est le meilleur. Si son entreprise ne marche pas, c’est la faute à l’Etat qui lui prélève beaucoup trop de taxe et ne l’aide pas assez,
  • Le Jaunard retraité – il y en a beaucoup – qui a une petite retraite d’employé mais qui considère qu’il devrait gagner beaucoup plus. Il aurait bien sûr pu s’élever au-dessus de sa position car ses capacités sont grandes mais elles sont restées méconnues et personne n’a voulu l’aider. Son salaire était confortable mais il n’a jamais fait d’économies car ses vacances sont sacrées… Avec sa pension il ne peut plus mener le même train de vie et doit se contenter d’une seule croisière par an. C’est évidemment l’état qui est responsable de son triste sort.

Tous ces Jaunards braillards avancent d’excuse en excuse, de dénonciation en dénonciation, de coup de tête en coup de tête, de mélenchonnade en mélenchonnade, de radicalisation en radicalisation, de casse en casse, …. sans savoir où ils vont. Ils n’ont qu’une idée : le gilet jaune du Jaunard lui colle à la peau et il ne l’enlèvera pas avant d’avoir obtenu tout ce qui lui est dû, tout ce dont il rêve… et tout le reste.

Et pendant que les Jaunards braillent, d’autres continuent à se lever tous les matins pour créer la richesse que l’Etat doit redistribuer pour satisfaire les Jaunards… qui seront toujours insatisfaits…

Espérons que Macron trouvera une issue à ce puits sans fond et qu’il arrivera à faire rentrer cette pate jaunâtre dans son tube…

Déjà 3 commentaires, laissez un commentaire

3 commentaires actuellement

  1. Vous avez parfaitement raison:
    C’est la faute, la rançon du “jacobinisme” …………….

  2. Il est clair que la dérive est inacceptable, néanmoins il faut revenir aux fondamentaux:
    -La France souffre de son organisation centralisée.à opposer aux Landers Allemands
    -Les coûts de transfert des budgets aux Territoires-Régions de ne sont pas neutres ( beaucoup de pertes financières en ligne).
    -Une seule tirelire vs 13 régions + territoires à l’ abandon
    – Trop de lest,les Lobbys: Grünen y compris asphyxient nos pouvoirs de décision.
    L’état doit lâcher la logique:
    1 loi= 1 taxe
    Le Président l’a dit (à l’envers) “ici ce n’est pas open bar”.
    Le bar est effectivement fermé depuis longtemps, banques comprises.
    Liberons:
    Regions,Entreprises,éducation ,formations,
    Commissaires aux comptes, il y a des soustractions interministérielles à faire sur les 119 Mds de frais et cadeaux divers.
    Bonne chasse à tous.

    • Tout-à-fait d’accord avec vous:
      Cette chienlit est à imputer à notre jacobinisme et aussi à l’achat de la paix sociale pratiquée pendant des décennies par nos monarques avec l’argent du contribuable

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.