« La Vérité, l'âpre Vérité »

Mort de Chirac – Les français sont vraiment des veaux

  • 8 octobre 2019

        Le flot de louanges ne cesse pas. Chirac était celui qui flattait les paysans, aimait les gens, caressait la tête des enfants. Il aimait la bière, le vin, le cidre et il était grand et beau…

        Il collectionnait les porte-plumes qu’on lui offrait et sa culture coulait à flot. Le sumo était son sport préféré et les collections préhistoriques semblaient plus importantes pour lui que la propre histoire qu’il devait créer au service du pays.

        Tout cela est bien beau mais comme souvent les Français jugent leurs ex-dirigeants de manière subjective et non objective. Pour comprendre le règne de Chirac, il faut revenir sur celui de son désastreux prédécesseur. Personne même aujourd’hui ne semble prêt à faire le bilan chiffré du règne catastrophique de Mitterrand. Giscard a laissé à son successeur un pays industrialisé, avec une énergie bon marché grâce au nucléaire et avec des finances saines. Mitterrand a ruiné cet héritage en quelques années.

        Malgré son discours et ses promesses de campagne, Chirac n’a quasiment rien fait pour corriger la trajectoire létale sur laquelle de Mitterrand a mis la France. Il a tenté au début de son mandat de réformer les retraites et il a cédé devant la rue. Cet épisode l’a tétanisé pour le reste de son règne. Sarko a bien eu raison de le qualifier de roi fainéant car Chirac n’a rien réformé en 16 ans de pouvoir comme président ou premier ministre.

        Chirac a été un carnassier de la politique qui a enfoncé la France au profit de ses ambitions personnelles. Il a poignardé Giscard dans le dos en appelant à voter Mitterrand. Et il avait fait ses armes de traitre en laissant tomber Chaban face à Giscard sept and plus tôt. Il a été premier ministre de Giscard mais il a vite réalisé que Giscard réussissait trop bien. Il a ainsi démissionné et a entreprit de savonner la planche de Giscard. Son discours de Cochin sur l’Europe n’avait aucun autre but que de torpiller la politique de Giscard. La trahison de 1981 n’est que la suite logique de son entreprise de destruction.

        Pour juger le bilan de Chirac, on peut commencer par se demander ce que serait la France aujourd’hui si Giscard avait été élu en 1981. Chirac ne pouvait pas ignorer que le programme de Mitterrand conduirait à la faillite du pays.

        Mitterrand a en fait dépassé les pires craintes que l’on pouvait avoir. Mitterrand et ses sbires ont fait un hold-up sur le pays en achetant les voix des français par une embauche massive de fonctionnaires… qui bien sur votaient pour lui. Les sommes dépensées par Mitterrand sont astronomiques mais personne encore aujourd’hui ne veut le voir. Mitterrand n’est plus là et tout est mort et enterré.

        Mitterrand et ses successeurs socialistes ont embauché 1,4 millions de fonctionnaires et agents publics. Si on tient compte d’une durée de travail et de retraite d’environ 60 ans, cela représente une charge cumulée pour le pays de 6 000 milliards d’euros, soit 3 fois le PIB ou la dette du pays !

        Et Mitterrand ne s’est pas arrêté là. Il a diminué l’âge de départ en retraite de 65 à 60 ans, à l’opposé de ce que faisaient les autres pays européens. Quatre décennies plus tard, nous ne sommes pas encore arrivés à sortir de cette nasse.

        Et puis Mitterrand et ses disciples ont détruit durablement la valeur travail en introduisant les 35 ans. Cette mesure a largement contribué à la désindustrialisation de la France et au déclassement des ménages modestes. Les gilets jaunes sont les enfants du Mitterrandisme…

        Non content de ne rien faire pour réparer les dégâts de l’ère Mitterrand, Chirac a enfoncé un clou de plus dans le cercueil de l’économie française en introduisant dans la constitution le principe de précaution. Ce principe est un poison insidieux qui ruine l’innovation et l’esprit d’entreprise, tout comme les 35 heures ont ruiné la valeur travail.

        Même sur sa fin, Chirac n’a pas abandonné son goût par la trahison et sa soif de vengeance. Il a savonné la planche à Sarkozy et a tout fait pour le faire battre allant jusqu’à appeler ouvertement à voter Hollande.

        Chirac a trahi son parti, le Gaullisme et tous les français qui avaient cru en lui. En faisant élire Mitterrand il a initié le déclin de la France et une fois au pouvoir il a accompagné la descente du pays. Mais le veau français ne se soucie pas de cela car Chirac est un homme sympathique et cultivé et c’est ce qui compte aux yeux des veaux.

        Marie-France Garraud a eu le mot juste sur Chirac :
        « Je croyais que Chirac était du marbre dont on fait les statues. En réalité il est de la faïence dont on fait les bidets ».

        Eh oui, Marie-France, mais le veau français préfère les bidets aux statues…

        CLUB DANTON

Écrire le premier commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.