« La Vérité, l'âpre Vérité »

La manipulation des syndicats anticapitalistes

  • 24 avril 2020

        Depuis une dizaine d’années, les idées du NPA, le Nouveau Parti Anticapitaliste, se sont progressivement diffusées au sein des syndicats révolutionnaires tels la CGT, SUD, et certaines fédérations de FO, l’UNSA et même de la CFDT.

        Or en cette période de crise du Coronavirus le mot d’ordre du NPA est clair : « c’est le bon moment pour détruire le capitalisme ».

        Certains sont déjà en train de préparer la révolution quand le confinement sera terminé et les moutons vont suivre sans comprendre ce qui se passe.

        La manipulation des syndicats est claire.

        Chacun sait qu’une grande partie de la population sera in fine contaminée. Que les français restent chez eux, qu’ils aillent au supermarché, qu’ils aillent travailler, qu’ils trichent sur le confinement, le résultat sera le même :
20 à 30 Millions de français doivent être contaminés pour que l’épidémie s’arrête.

        Les syndicats prétendent que les salariés ne doivent pas aller travailler car ils ne doivent pas être contaminés dans les entreprises. Et le gouvernement n’ose pas les contredire alors que nul ne peut savoir où une personne a été contaminée et que le milieu familial est souvent beaucoup plus propice à la contamination que l’environnement professionnel.

        Et évidemment pour les syndicats, tout salarié malade a nécessairement contracté la maladie sur le lieu de travail alors que l’on sait par exemple que 60% des infirmières qui sont contaminées l’ont été en famille. Manipulation, quand tu nous tiens !

        Moralement ceux qui ont été malades et sont guéris doivent retourner travailler car ils sont immunisés, ne risquent plus rien et ne font plus courir de risque à personne.

        Et ce ne sont pas seulement les entreprises indispensables à la nation qui doivent continuer à produire mais toutes celles qui le peuvent en assurant la sécurité de leurs salariés grâce aux mesures barrière et à l’utilisation de gel hydroalcoolique et de produits désinfectants.

        Ce sont les plus faibles, comme les intérimaires et les ouvriers non qualifiés ou les manœuvres que devrait défendre la CGT et les autres syndicats. La CGT défendait traditionnellement l’industrie et les travailleurs alors que dans cette crise elle les enfonce en incitant les ouvriers à ne plus travailler et les usines à fermer.

        Et Martinez qui prône le dialogue au niveau national n’est qu’un pantin dans les mains de sa base qui est restée sur la lutte des classes et ne cherche qu’à détruire les patrons en détruisant les entreprises.

        En 1918 la CGT avait organisé le sabotage des arsenaux et en 1940 celui de l’industrie de guerre.

        Les ennemis de l’intérieur sont à nouveau parmi nous dans cette nouvelle guerre !

        CLUB DANTON

Déjà un commentaire, laissez un commentaire

1 commentaire actuellement

  1. Il n’y a pas grand chose à commenter. Depuis qu’on a omis de fusiller Thorez, nous n’avons cessé de plonger ers des médiocres et des syndicats désirant avant tout la faillite d’un pays pour permettre aux chars soviétiques de rentrer en vainqueurs. Ils ne se sont pas aperçus que l’URSS est morte et ils poursuivent par habitude leur travail de destruction. Je pense que la gangrène est trop avancée et qu’i n’y a pas de remède.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.