Le Ku Klux Klan médiatique et la danse des salauds

  • 26 mars 2012

 

Il fallait s’y attendre : le KKK médiatique a frappé dans l’affaire Mohamed Merah. Il faut condamner, blâmer, accabler, stigmatiser, critiquer, triturer, flétrir, jusqu’à faire de cette affaire – où le pouvoir a été exemplaire – une soupe dans laquelle peuvent venir s’ébrouer les candidats de gauche.

Les premiers à sortir leur plume de leur encrier à fiel ont été les journalistes de Libération, nommément, sous les ordres de Nicolas Demorand, Jacky Durand, Jean Michel Escarnot, Sonya Faure, Gilbert Laval, Patricia Touranchau.

Les questions qu’ils posent et les réponses qu’ils suggèrent sont basiques :

  1. L’enquête a-t-elle démarré assez vite ?
  2. L’identification informatique a-t-elle traînée ?
  3. Ne fallait-il pas saisir d’emblée la justice antiterroriste ?
  4. Pourquoi Merah n’était-il plus surveillé, alors qu’il était évidemment le seul en France à surveiller puisqu’il paraissait clair qu’il allait commettre des crimes ?
  5. Quel rôle a joué Claude Guéant à Toulouse ? N’aurait-il pas mieux valu qu’il parte en vacances ?
  6. Pourquoi le premier assaut a-t-il échoué ?
  7. Pourquoi Mohamed Merah a-t-il été abattu ?

 

Evidement, toutes ces questions sont posées pour suggérer une seule et même réponse subliminale : c’est la faute à Sarkozy.

Libération nous a depuis longtemps habitué aux propos outranciers et dans le cas d’espèce, nauséabonds. Rappelons qu’il s’agit du journal qui en permanence s’oppose à la constitution de tout fichier de police alors que ce sont précisément ces fichiers qui ont permis l’identification aussi rapide du terroriste Merah. Que France Info reprenne l’information, c’est logique : plus à gauche il n’y a plus guère que Castro et Chavez. Il est plus surprenant de voir que BFM TV et iTélé se sont également livrés au même exercice. La pieuvre du KKK médiatique a des tentacules bien longs !

La vraie question que le KKK devrait se poser est de savoir si Sarkozy n’a pas tout monté pour se faire élire. Edwy Plénel devrait arriver à trouver des « témoins » – anonymes bien sûr et préservés par le secret des sources -, qui attesteront que Mohamed Merah n’était qu’un acteur payé par la présidence pour faire remonter Sarkozy dans les sondages.

Le KKK a même osé exhumer Prouteau (animé par la haine ou la jalousie ?) ex-patron du GIGN, fasciné par Mitterrand et dont les deux principaux exploits ont été de protéger Mazarine Pingeot de l’affreux terroriste Jean Edern Hallier et de soustraire à la justice les documents les plus compromettants de l’ère Mitterrand. C’est la référence morale de la gauche !

On peut remercier le GIGN actuel de s’être excusé de l’intervention de son ancien patron.

Et bien évidemment nous n’en avons pas fini de subir les commentaires astucieux des faux-cul de la politique portés par les béquilles du KKK.

Mais arrêtons-nous dix secondes et imaginons-nous dans la peau d’un des policiers sur les lieux du drame….

… Je suis un policier du Raid deux minutes avant l’assaut et on m’a désigné pour être en première ligne. Quelles sont mes pensées ?

–       On aurait pu faire appel à l’armée pour exploser le terroriste avec une roquette mais les journalistes et les politicards de gauche auraient crié à l’assassinat comme ils l’ont fait dans les affaires Broussard, Mesrine ou Human Bomb,

–       Nos ordres sont de le prendre vivant ou de le tuer en légitime défense : nous ne pouvons tirer qu’après lui et c’est notre vie qui est en jeu,

–       Et ma famille dans tout ça ?

–       Si Merah a suffisamment d’explosif pour faire sauter l’immeuble, on sera tous morts dans deux minutes,

–       Moi j’ai donné ma parole «Servir sans faillir». Sarkozy et Guéant au moins nous soutiendront jusqu’au bout car ils savent que nous risquons notre vie pour la France,

–       On sait bien que pour les journalistes, plus il y aura de sang, plus ils seront contents : ça fera vendre leurs feuilles de choux,

–       Pour les journalistes, on n’a aucune importance et on peut crever. On n’a qu’à faire le spectacle pour eux. Dans le cirque on doit être prêt à mourir. On est payé pour ça.

–       Allez, on y va, le cirque commence…

 

… je ne suis pas mort, merci mon Dieu.

Le KKK n’a pas eu sa dose de sang. Il va devoir se venger sur Sarkozy.

 

DANTON

 

Écrire le premier commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *