Il faut bruler le Code du Travail pour faire repartir la France

  • 2 janvier 2013

Syndicats et patronat débattent d’une réforme du Code du Travail. Reblochon 1er, qui sait bien que la tâche est impossible, s’est évidemment défaussé sur les partenaires sociaux. Ce n’est pas la première fois et ce ne sera certainement pas la dernière que syndicats et patronat essaient de réformer le travail. Comme toujours ils accoucheront d’une souris et s’auto-congratuleront. Mais sur le fond rien n’aura changé car le Code du Travail ne peut pas être amendé : il faut le réécrire.

Le Code du Travail français est l’accumulation d’amendements et d’ajouts successifs faits depuis 130 ans et résultant bien souvent d’une logique de lutte des classes : les syndicats exigent, le patronat transige et les entreprises trinquent ! Avec ses quelque 10 000 articles (1000 suffiraient largement), il est devenu non seulement incompréhensible mais également inapplicable. Pire, il est le principal obstacle au dialogue social en France.

Au-delà du texte lui-même, le Code du Travail, avec sa philosophie sous-jacente de l’affrontement employé-employeur, a créé des nomenklaturas censées défendre d’un côté les employés, salariés, ouvriers et de l’autre, les employeurs. En fait ces organisations ne défendent rien, si ce n’est elles-mêmes.

Les syndicats de salariés ont un mode de fonctionnement inspiré du système communiste, avec une base trotskyste. La tête n’a qu’un but : protéger les acquis des apparatchiks qui, comme au bon vieux temps de l’URSS, profitent pleinement du système. Les principaux syndicats de gauche ne peuvent que refuser toute avancée sociale qui serait contestée par leur base trotskyste. Ils ne cherchent en aucun cas à s’adapter aux conditions économiques du moment mais au contraire à faire perdurer un modèle d’organisation totalement obsolète.

Et bien sûr les syndicats vivent aux frais du contribuable puisque les cotisations de leurs maigres adhérents ne représentent qu’une goutte d’eau de leurs dépenses. Tout ce système – souvent clientéliste et parfois mafieux – pompe 6 milliards d’euros chaque année à l’Etat. Ses membres, leurs familles et leurs amis se sont implantés dans le fromage des Comités d’Entreprise, des mutuelles, des sociétés nationalisées et leur seul but est d’y rester bien au chaud.

Du côté des entreprises, la résistance a longtemps été menée par l’UIMM, branche économique la plus impactée par la logique de lutte des classes imposée par les syndicats. La prise de pouvoir par les services au sein du Medef a ramolli la résistance et a transformé cette organisation en opposant d’opérette, qui vocifère mais n’obtient rien. Beaucoup de ses adhérents sont exaspérés. La gauche a gravé dans le marbre la plus stupide des lois du travail: les 35 heures. Nous en souffrons depuis plus de 10 ans et c’est elle qui continue à détruire les emplois et à détériorer les marges des entreprises, si nécessaires à leurs investissements et donc à leur croissance. Le Medef le rappelle de temps à autre, puis passe à autre chose.

Avec d’un côté des syndicats vérolés à la tête et contrôlés par une base révolutionnaire et, de l’autre, un patronat mou qui a perdu le contact avec la réalité industrielle du pays, les discussions ne déboucheront sur rien.

Pour véritablement réformer le Code du Travail, il faudrait nommer un groupe d’experts de tous bords, non politiques et non syndiqués, choisis pour leurs compétences, et chargés de rédiger un nouveau texte, s’inspirant notamment des meilleurs exemples étrangers.

 

DANTON

Déjà 48 commentaires, laissez un commentaire

48 commentaires actuellement

  1. A yvonpalfer, soyez respectueux, comme nous les gens de droite pouvons l’être devant nos adversaires. enfin il n’a jamais été question de supprimer le code du travail mais CE code du travail. Il est en effet dit que 1000 articles suffisent et non pas 10000 articles lisez mieux et votre critique sera
    recevable.

  2. Admettons que notre prochain élu soit honnête, sincère, clairvoyant,plein d’abnégation et intelligent.
    À quoi cela sert il face à l’immobilisme et au corporatisme des administrations, des syndicats du public et autres bastion de dèfense des avantages acquis , des inēgalitēs de traitements entre public et privė?
    Quand la sagesse populaire décidera t elle de laisser agir les ēlus ,strictement controlēs pendant leur mandat?
    Rėvons. .!!

  3. site de merde !!!!! Comme si la situation n’était pas assez puante comme cela !!!!! Le code du travail est encore une protection qui a déjà pris un sacré coup et dont le MEDEF prend toujours comme prétexte la raison N°1 de l’état du monde du travail !!!! Avec des connards comme vous qui ne sont pas capables de mesurer la crapulerie du gouvernement précedent et qui ont le culot d’afficher l’évolution de la dette accompagné d’insultes insoutenables, j’aimerai connaitre son évolution si ils étaient tujours là !!!! Au lieu de faire de l’intox permanente, n’oublions pas que la dette a été doublée en 5 ans par ces voleurs intelligents et que l’europe n’était pas encore en récession. Citez moi 1 pays européen qui sort du lot. Même la vertueuse Allemagne qui n’a pourtant pas de code du travail aussi contraignant est a l’arret avec pourtant une balance commerciale de 28 milliards en exédent. Mesurez un peu comme vous êtes dangereux !!!!

  4. Ce n’est pas le cout du travail qui pénalise l’entreprise , c’est la rétribution du capital : En 1999 , la part de la valeur ajoutée (cad de ce que crée l’entreprise associant capital et travail ) allant aux actionnaires était de 5,5% , en 2012 de 10% . Alors , tant qu’on cherchera à améliorer la situation en rognant sur la masse salariale on ira dans le mur . Ce n’est mème pas une question de morale sociale , c’est une question d’efficacité économique . Mais comme les décideurs sont les possédants , c’est dur !

  5. la preuve c’est que tu t’y trouves duchnoeud!!!!!!!!!!!!!!!

  6. Je plussoie Duchnoeud
    y a qu’a voir la liste des « sources » …

  7. c’est vraiment un site de merde pour des crétins avec un QI de moule !

  8. Y-a-pas que ça a bruler….

  9. djr tous ce qui cretique les patron il son quà monte leur boite et prendre des salaries au lieux des cretique le plus gros bandit ce l etat il pique trop d argent ce normal pour l etat ce plus facile de dire que ce les patron ce des voyou , il divise mieux pour ce gave monte votre boite apret vous parlerai

  10. oui décidément vous n’êtes pas apolitique ! Je me rappelle que les seuls, en Europe, à avoir brûler des livres …. ont été les nazis ! et je doute fort que vous employiez certains mots pas pur hasard

  11. Rétablissez l’esclavage pour obtenir le plein emploi et utilisez les cadavres d’esclaves pour faire de l’engrais pour les nourrir ………………

  12. Vous pouvez tortiller dans tous les sens,ajouter commentaires sur commentaires.
    c’est plus simple que tout ce que vous écrivez :Il y a ceux qui cotisent et ceux qui touchent !!!
    Rien d’autre,après c’est de la littérature !!!

  13. heureusement qu il existe un code du travail avec ses lois et réglements,heureusement qu il existe des inspecteurs du travail pour le faire respecter,le handicap c’est le non respect du code par beaucoup pour en tirer un plus grand profit
    quand aux adhérents des syndicats,ils plus nombreux que ceux des partis politiques et coutent bien moins cher
    pour les commentaires disgracieux regardez vous,les autres ne sont pas plus moche que vous

  14. gligli39,
    Tu as raison, il ne faut pas oublier l’histoire,
    Par exemple, que le successeur de Jean MOULIN au CNR fut Georges BIDAULT qui plus tard rentra à nouveau dans la résistance quand, à peine élu Président de la République, de Gaulle trahit les Français et livra les harkis à leurs bourreaux.
    N’oublions pas non plus que c’est la législation de la Libération qui pour la première fois depuis le début de la République française constitua en délit en tant que telles les pratiques homosexuelles concernant au moins un mineur. On voit ce qu’ont fait les socialistes de cette conquête.
    Et puis, en France il n’y a pas que le PS l’UMP et le FN

  15. Le rêve de la droite (UMP) et de l’extrême droite (FN): En finir avec le code du travail, les conventions collectives et tout ce qui donne des droits et « aussi » des devoirs à un employeur!!!!! Un patron honnête, ça n’existe pas….. Son seul but, c’est de faire de l’argent avec « sa » main d’oeuvre qu’il souhaite rémunérer au minimum (ou pas du tout)…..
    La reconnaissance des organisations syndicales et de leurs représentativités est née après la 2eme guerre mondiale et sont issues du programme du conseil national de la résistance (CNR) dont l’unificateur n’était autre que Jean Moulin….. Remettre en cause le code du travail, c’est aussi oublier cette partie de l’histoire que le FN facho aidé par l’UMP collabo voudrait bien voir aboutir!!! Non, nous n’oublierons pas l’histoire et ce ne sont pas les révisionnistes que vous êtes qui nous détournerons de la « vraie » résistance….. Celle des humains émancipés et des peuples libres…..

  16. BOF, aucun interret ces discussions, j’ai à mon époque « Benie » travaillé plus de 50 h par semaine et c’était la belle vie, salaire en conséquence, 3 semaine de congés,
    Non je ne suis pas un dinausaure », mais la vie était belle, il y avait du travail, et les corageux sont toujours récompensés, mais maintenant il faut faire 35 h et avoir lês mêmes avantages, Non il ne faut pas réver, mais maintenant avec toutes ces régles ces lois, on ne peut plus rien faire, a part Claquer du bec, pauvre jeunesse,
    REVOLTEZ VOUS, REVEILLEZ VOUS.

  17. Il faudait déjà une volonté politique pour éradiquer la tricherie (CAF & secu 40 milliards/an ) soit avec 2000 fonctionnaires contrôleurs de plus à 2000€/mois (coût 4000€/mois) une somme dérisoire et pourtant rien ne se fait ?
    alors chercher l’erreur !

  18. PERSONNE NE RESPECTE PLUS LA REPUBLIQUE

    Cest le code de la republique qu’il faudrait apprendre des la maternelle.

    LE PROCHAIN PRINTEMPS C’EST EN france qu’il aura lieu et personne ne semble le voir se profiler

  19. Il serait intéressant de connaître la profession de l’auteur de l’article…

  20. Quelle tristesse de voir des articles comme celui ci…vous êtes qui ? vous vous dites apolitiques. Vous pouvez si vous voulez, revenir au temps de Zola mais sans moi.Je me battrai comme l’ont fait mes aïeux et je ne serrai pas tout seul…

  21. Ah, le rêve de certains.Avoir des esclaves à la place des employés!!!!

  22. La droite s’est decarcassée pour les personne de plus de 40 ans en créant des contrats de travail aidés, et la gauche se partageait les subventions laissant les ouvriers dans la même situations aprés les contrats , Voir en Rhône Alpes.Le conseils général ne faisant que masquer les faits bien qu’étant au courant.
    Juste parce que les créateurs des assaciations font parti de l’éducations nationales, qu’ils se fichent bien des lois du travail.Même étant au courant ils ne fon’t aucun contrôles et distirbue les subventions seulement en croyant les les due léducation nationale sur parole.Vivement le changement en 2017, j’éspere que les gens ont compris.La politique de la gauche est une poliotique extremiste , pire que la droite , ou le front national…………

  23. pour des types »appolitiques »vous ne manquez pas d’air
    en realité vous etes d’affreux reac ,cetainement des commercants verreux et autres « patrons » qui ne penssent qu’à leur pomme et qui feraient mieux de s’occuper de leur affaire serieusement.
    ceux qui veullent partir qu’ils partent, mais sans retour.

  24. le code du travail n’est pas parfait la politique actuel n’est pas parfaite avec une Europe ou c’est du chacun pour soi et un libéralisme sauvage l’argent c’est la base de civilisation mondiale actuel mes pour combien de temps il y a plein de choses à réformer la fourchette des salaires l’Europe sa ne marche pas pour tous le monde donc il faut s’avoir faire marche arrière les politiques n’ont pas respecté le vote des français en 2005 et maintenant on nous demande de payer les pots cassés donc il y a plein de choses à reformer ou est passé le droit au travail actuellement c’est faire du fric tous simplement le droit de vivre on veut sauver le monde pour la France quesqu’on fait les-politique créer des impôts puis il y a ce qui exploitent tous les salarier quand ils peuvent plus en Franceils vont les exploiter à l’ètrangers

  25. Oui c’est vrai ! C’est la meilleure solution : pour remettre la France au travail, il faut supprimer le Code du Travail…

    Et j’irai même plus loin encore, il faudrait aussi supprimer TOUS les Codes qui nous entravent et nous empêchent de vivre librement :

    – le Code de la Route, le Code Pénal, le Code Postal, le Code Civil, le Code Electoral, le Code du Commerce, le Code d’Urbanisme, le Code de la Construction, le Code barre, le « Code Michet », celui de bonne conduite, le Code PIN, les Codes secrets, le Da Vinci Code, le Code de la Propriété Intellectuelle, ceux de la Sécurité Interieure, de la Santé Publique, de la Sécurité Sociale, du Sport… etc…

    Sans oublier de supprimer les feux de code sur les véhicules.

    Tiens à ce propos ce serait bien que certains intervenants les mettent en veilleuse !

  26. Surprenants commentaires mais caractéristiques du mal français. Le texte proposé ne mentionne que la possible ouverture d’un débat pour reconstruire des accords plus simples, plus clairs et plus réactifs dans les relations entre Patrons d’industries et Personnels.
    Quelle conservatisme, de gauche comme de droite, et pour pourtant nos vivons maintenant dans la médiocrité et le nivellement par le bas est devenu la seule façon d’agir du politique.
    La France a été parmi les premières nations au monde et politiquement respectée pour cela, mais c’était il y a longtemps.
    Il y a quelques années, la France avait encore 37 modèles différents de contrat de travail, ce n’est pas sérieux.
    Rien n’a été écrit laissant supposer une réduction des acquis même si certains sont d’un autre temps, et inadaptés pour permettre à la France de rebondir dans une mondialisation qui est réelle. Soit on s’adapte, soit on se fera absorber par des puissances économiques extérieures à l’Europe. Si l’Europe était politiquement plus responsable, elle serait la première puissance économique mondiale. On est loin du compte dans l’immobilisme de nos pays de la vieille europe et les français en sont peut -être les plus réactionnaires et conservateurs.
    Soyons plus lucide sur notre situation nationale qui est médiocre, plus pragmatiques dans notre mode de fonctionnement et osons regarder l’avenir en face pour le construire, pour nous certes mais surtout pour nos enfants. La France doit changer, doit évoluer et il ya des modèles autour de nous qui fonctionnent mieux.
    Et puis après le code du travail, ou plutot en parallèle avec sa redéfinition, il serait bien de s’interroger sur le fonctionnement de notre démocratie. On a plus de députés et de sénateurs que les USA qui comptent plus de 300 millions d’habitants. On a la Démocratie qui coûte parmi les plus chères au monde, pensez vous également que ça puisse durer encore longtemps?

  27. mais oui il faut le bruler, c’est quoi ce code du travail qui empêche les patrons de fouetter leurs salariés pour qu’ils travaillent plus, et puis c’est quoi cette conneries de leur donner un salaire…..

  28. On a déjà brûlé Jeanne d’Arc, alors pourquoi pas le Code du Travail.
    En tout cas, félicitations pour votre article. Pris au second degré, il est génial.

  29. C’est vrai que c’est normal que certains gagnent des millions(comme vous ou votre pere) et que d’autres crevent de faim.
    pour les scandales les membres de la famille des dirigeant du FN n’ont rien à jalousé aux autres.
    Pour l’esclavagisme vous vous y connaissez en Algerie si la revolte a éclaté c’es a cause de gens comme vous

  30. « Il faut brûler le Code du Travail » et l’auteur de cette géniale trouvaille avec !…

  31. En fait et au sujet du « code du travail » qui ne permet plus l’embauche en France,………….. il n’y a pas de solutions…

    la seule vérité , c’est de le reconnaitre

    Pourquoi vouloir imposer une solution : il n’y en a pas !

  32. DSK en voilà un exemple du socialime
    débauche,égoisme et luxure

  33. Alors que notre Pays possède les écoles enviées dans le monde qui ont vocation de former les Elites de la Nation , pour exemple Polytechnique, qu’avons-nous majoritairement à la tête du Pays ! Des anciens Profs – des Médecins- des Avocats – des Enarques ………etc…A part pour ce qui est des Enarques; Bien que pris individuellement il faut reconnaitre leur compétence dans leur milieu ! Mais dans la réalité politique des faits , qu’elles connaissances possèdent-ils du travail des laborieux , de ceux qui transpirent dans les ateliers, de ceux et celles qui créent la vrai richesse ? Pas grand chose en réalité ! C’est donc pure illusion que d’espérer voir cette caste de privilégiés entreprendre les réformes qui s’imposent ! D’ailleurs, l’alternance Gauche / Droite depuis quelques décennies nous en apporte la preuve irréfutable ! Il est urgent de mettre en place à la tête des Gouvernements des techniciens qui sauraient remettre la France sur les rails du progrès en commençant par éradiquer, pour être à l’ordre du temps actuel , bon nombre de nos lois pour beaucoup devenues obsolètes ….Mais qui, reconnaissons le, font vivre beaucoup
    d’Avocats ….ça va de soit !!!!!
    Il faut donc choisir , ou laisser les choses en l’état , ou reprendre la France secteur par secteur en ayant le courage d’étaler sur la grande table de la République ,  » tous ces codes du travail et autres dispositions qui divisent et démobilisent les Citoyens et font de la France un pays d’assistés qui se meure !!

  34. Ce site est un gigantesque TROLL !!!!!

  35. J’ai rencontré une fois au yacht club de Bahia, au Brésil, un mec qui avait une entreprise de dentelles dans une île qu’il avait acheté pas loin de la côte. Il m’expliquait avec fierté et volupté que son entreprise était très sombre et qu’il prenaient des jeunes filles pour bosser, comme ça elle devenaient rapidement aveugles, avec la pénombre et l’effort visuel, et ainsi elles finissaient par rester dans l’île et il pouvait gaillardement les sous payer, voire juste les nourrir pour les plus affectées.
    Elles avaient pris l’habitude de travailler au toucher et ne pouvaient donc trouver d’autre travail, ni s’enfuir étant aveugles..
    Alors le code du travail, je trouve que c’est une excellente et indispensable règle, même si celui ci aurait bien besoin d’être simplifié…
    J’étais jeune à l’époque et je ne lui ai pas craché à la gueule.
    je le regrette.
    Au passage, vous n’avez pas pigé que cette crise provient
    essentiellement d’un déséquilibre entre les revenus des actionnaires et ceux des salariés?
    Vous n’avez pas pigé que cette crise a été provoquée volontairement pour pouvoir reprendre à vil prix entreprises et biens publics?
    Mais je me marre d’avance en sachant que ces bons « patrons » de « droite » tel que vous semblez vous présenter vont se faire piller par d’autres sociopathes avides… comme les salariés!
    Bonne chance et je ne pleurerai pas sur votre sort.

  36. Il faudrait revenir à l’esclavage et au servage! Y a que ça qui pourrait sauver les Vrais Français, ceux qui descendent directement de Cro-Magnon et non de ces peuplades étrangères qui nous ont envahi depuis des millénaires!
    Enfin c’est, je crois, ce que vous préconisez, non?

  37. c’est pourtant vrai … regrettons ensemble la bonne époque où sans code du travail les salariés goutaient à la merveilleuse « culture du dialogue » des capitalistes de l’époque !

  38. @gele

    Peut devrais tu te demander toi même si tu n’est victime d’une FOI aveugle dans le liberalisme.

    Je te le dit d’autant plus fraternellement que j’ai par le passé été moi même séduit par les discours libéraux (dans le sens économique du terme: en effet dans un sens des sciences politiques il s’agit de quelque-chose de trés différent).

    Des solutions concrètes sont proposées trés régulièrement, encore faut il savoir tendre l’oreil et prendre le temps de quitter le cadre d’analyse restreint du liberalisme économique dont le discours est d’ailleurs fréquement déformé et détourné de son message initial.
    J’en veux pour preuve que Walras le fondateur de la théorie des marché etait socialiste et à démontré dans son ouvrage que cette abstraction théorique n’était là que pour permettre de mettre en évidence tout ce qui nous sépare du marché parfait, et qui justifié en conséquence L’Etat, les lois, et tout un ensemble d’institutions (dont les syndicats…)

    Autre preuve, je vous invite à lire Hayek (un profète du libéralisme) qui défend l’idée selon laquelle l’Etat (dans son sens de représentant de l’intéret collectif ou d’institution cherchant à faire émerger ce dernier) n’a de place que pour corriger les externalités que le marché est par nature incapable de gérer par le biais du prix. Un petit moment de reflexion sur n’importe laquelle des actions ou transaction que vous pouvez executer vous fera vous rendre compte que chacune de vos action ou des transaction à des conséquences parfois infimmes parfois énormes sur les individus initialement non concerné par l’action ou la transaction sans que ces derniers n’en soit dédommagé. exemple: je m’asseois sur un banc => ce banc n’est plus disponnible pou rles autres individus. J’achète de l’eau en bouteille plastique, d’autres personnes respireront les gaz produit par la bouteille lors de sa « re-valorisation » et l’acide chloridrique viendra également polluer/erroder l’environement gratuitement.

    C’est toujours délicat de tenter de résumer des concepts et des réalités si complexes, et pourtant si concrètes. Des solutions concrètes existent belle et bien et nous sommes nombreux (encore trop peu nombreux à ce jour, mais nombreux quand même) à oeuvrer pour tenter de les faire comprendre, avancer et murrir.
    Esperrant pouvoir te faire partager le bonheur que j’ai eu à découvrir la richesse qu’apporte le fait de comprendre ces autres manières de penser et de comprendre la réalité de notre monde.

  39. Le capitalisme autoriserait le travail des enfants, l’usage de produits toxiques, le travail 7 jours sur 7, etc, si il n’y avait pas d’institution et de lois pour le freiner.
    Le problème du code du travail est un faux problème. Idem pour les syndicats et toutes les soit disant méchantes choses qui viendrait embêter les « gentils » entreprises.

    La vérité est que le capitalisme cherche à créer de la rareté pour capter un surplus de valeurs par tout un ensemble de mécanisme (droits de propriété, brevet, individualisation des rémunérations, publicité, lobying, endettement, etc.). Le fait est que le capitalisme et le marché ne permettent pas de faire émerger les besoins réels des individus et des collectivité. Il permet juste à certains de profiter d’une position avantageuse en fonction d’opportunités.
    Tout cela je peux le certifier d’autant mieux que je suis chef d’entreprise et que j’ai bien conscience de la manière dont moi et mes concurrents gagnons notre vie, en vendant, vendant et vendant tout et n’importe quoi et le plus cher possible, et en tirant le meilleur de salariés, fournisseurs, et clients pour notre profit propre sans tenir compte de ce qui est réellement l’intéret général.

    Heureusement de nombreux mouvements travaillent depuis longtemps et ont de réelles alternatives à proposer tel les économistes attérés, Zeitgeist, Les Eco-socialiste, les Economistes de la régulation, le front de gauche, Les collibris, Négawatt, les collectifs citoyen pour un audit citoyen de la dette, Fréderic LORDON et Etienne CHOUARD,etc

    Ces idées font fort heureusement leur chemin, mais surtout je vous exhorte à me croire et à chercher à comprendre par vous même: la racine du mal n’est pas le voisin, le syndicat ou le code du travail c’est le capitalisme et l’absence de vrai démocratie (voir par exemple ce résumé vidéo de CHOUARD: http://youtu.be/oN5tdMSXWV8) qui fait de nous des hommes qui se pensent libre dans la rue mais sont esclaves dans l’entreprise.

  40. Le-scandale-du-financement-syndical
    Personne ne conteste plus le montant de 4 milliards d’euros consacré par l’Etat au financement des syndicats de salariés. Constatons d’abord que nous tous – chefs d’entreprise, artisans, professions libérales, agriculteurs, retraités,- payons ces syndicats. Pourquoi ?
    Le taux officiel de syndicalisation en France est de 7, 5% des salariés, ce qui représente 1 900 000 syndiqués dont 200 000 retraités. Comme ces derniers sont en dehors du système productif, on peut les exclure. De plus nous savons tous que les centrales syndicales, pour muscler leurs faibles troupes, déclarent de 20% à 50% de syndiqués fictifs. Le nombre réel de syndiqués actifs et payant leur cotisation est ainsi de l’ordre de 1 million, soit 4% des 25 millions de salariés. Chaque syndiqué réel et actif coûte ainsi 4 000 euros par an à l’Etat.
    Chaque syndiqué cotise pour environ 1% de son salaire, soit à peu près 200 euros par an, fiscalement déductibles à hauteur de 66%. Faites le calcul : un syndiqué paie environ 70 euros par an et l’Etat paie pour lui 4000 euros par an, soit 57 fois plus ! Le récent rapport parlementaire sur le financement syndical laisse entrevoir que les sommes déclarées par les syndicats sont ridicules par rapport au coût réel pour l’Etat. Tout est obscur et la loi du silence règne. Constatons une première chose : les activités syndicales paritaires sont rétribuées par les différentes caisses – et très bien rétribuées – et ne coûtent ainsi rien aux syndicats.
    Il est difficile de penser que ces sommes considérables puissent être uniquement dépensées en salaires de permanents. Ceci d’autant plus que la majorité de ces permanents sont des fonctionnaires en détachement qui eux non plus ne coûtent rien aux syndicats. Le mystère est profond et la question est la suivante : où sont passés les 20 milliards d’euros donnés par Sarkozy durant son (premier) quinquennat aux syndicats ?
    Celui qui nous donne la réponse aura droit à notre reconnaissance.
    Au-delà du financement public, le racket syndical a aussi ses ramifications dans l’entreprise. Là aussi l’opacité est totale et aucune statistique fiable n’est publiée sur le sujet. On peut néanmoins évaluer le nombre de salariés syndiqués occupant des fonctions officielles de représentativité au sein des entreprises comme suit :
    Délégués du personnel : 196 000,
    Délégués au CE : 180 000,
    Délégués CHSCT : 30 000,
    Délégués syndicaux : 160 000.
    Le système des élections syndicales dans les entreprises privées a été fait pour exclure tous les indépendants qui sont évidemment beaucoup plus nombreux que les salariés syndiqués. Et tout ce beau monde a un droit légal de 10 à 20 heures de délégation par mois (3 à 7 semaines par an). Qui paye : soit les autres salariés qui travaillent à la place des « camarades syndiqués », soit l’employeur qui doit créer un sur effectif permanent et aléatoire puisque les heures de délégation sont déposées au dernier moment.

  41. Conviction de gauches

    Vos convictions de gauche sont honorables, hélas elles ne relèvent pas de la raison, mais de la FOI ! Inébranlable car divine, face aux mécréant, aux athées qui ne vénèrent le fric.

    Sous des montagnes de paroles a la philosophie alambiquée, de texte touffu dégoulinent de bons sentiments ; toujours pas la moindre solution crédible. Pas de réponses précise sur un programme crédible, mais de nouvelles questions ?

    Mes textes, mes chiffres sont confirmer par de nombreuses études et publications des plus sérieuses. Cour des comptes, ifrap, insse, cor, ect

    L’avenir de mon pays m’inquiète car les idées des gauches française. Seul en Europe a être Pur et dur, idées socialo-alter font des ravages dans les esprits et bloquent toutes les reformes.

    Le mot « libéral »est devenu un mot pornographique, les français en ((état de grande souffrance mentale)) écoute les faux prophètes d’un NON à toutes les réformes , écartelée entre le front national et les partis d’extrême gauche

    Notre classe politique droite et gauche a perdu la confiance des citoyens. Ce qui explique le psyco-drame des débats franco-français.

    Exception bien française, notre peuple velléitaire, jouisseur, indiscipliné, populiste, gauchiste, grande gueule-petit bras cours à sa ruine en accusant le monde libéral de tous les maux qui accablent notre vie, notre économie, etc.

    Ce qui nous exonère de nos responsabilités de nos faiblesses face à une Europe plus réaliste.

  42. Lorsque les politiques et les médias auront compris que pour résorber le chomage, il faut d’abord donner du travail aux entreprises on aura fait un grand pas. les pseudo emplois subventionnés ne servent que l’état. Donnez aux entreprises la possibilité de travailler en France et arrêtez de les asphyxier par des taxes, des lois et des syndicats. Merci d’avance Messieurs les politiques

  43. bjr

    il faut qu il y est un vers dans la pomme mais si toutes les pommes deviennent véreuses la production est anéantie

    moi j ai connu un patron qui démarchait lui même dans les entreprises la production de ses ateliers dans la fin des années 50 prés de 50 ans après atteint par l age il vendait son entreprise mais vu la facon dont ses repreneurs ont agit en démantelant et en voulant délocalisé au Maroc

    il c est SUICIDE …………………..! !

    vous avez peut être porter de ses chaussures pour le travail c était JALATE

    a plus

  44. Franchement voila les écrit d’une personne appartenant certainement au FN car effectivement le code du travail est Difficile à appréhender, à analyser et en saisir le sens mais avec un chaumage avoisinant les 4 millions heureusement qu’il es la pour protéger les salariés si vous n’avez pas fait de droit ne lisez pas le code du travail version intégral il excite des codes du travail simplifié que vous trouverez dans les syndicat, mais de grasse monsieur ne critiqué pas les syndicalistes ceux qui défendes les salariés entièrement a titre bénévole et qui ce mettes toujours en avent face a leur employeurs ! Savez vous combien de délégué font l’objet de demandes de licenciement et perde leur emploi

  45. dites vous avez fini de poluer le web avec votre merde?
    Beurk je vomis !!!!!!!! c est degeu…….

  46. c’est vraiment de la foutaise ! c’est tellement gros que c’en est risible ! évidemment brulons le droit du travail, puisque nous vivons au pays magique des bisounours, que patrons et salariés ont les mêmes intérêts et que chacun veut le bonheur des autres ! vive la propagande (d’un autre age !)

  47. Le code du travail en France constitue un handicap de taille pour l’emploi et donc un frein pour la création de richesse. Les syndicats français n’ont pas la culture du dialogue et continuent de fonctionner comme au temps de l’UNION SOVIETIQUE avec la lutte des classes. Le comble est que nos syndicats ne se rendent même pas compte que l’URSS a changé et qu’on n’est plus en 1917.

  48. bjr

    un jour un syndicaliste m a dit «  »le syndiqua c est comme un vers dans la pomme c est de lui que naitra le papillon qui fécondera au printemps l arbre tout entier » »

    a plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *