Islamisme : quel avenir pour la France ?

  • 28 février 2017

Un think tank anglais a récemment publié un article intitulé « Le problème de l’immigration se terminera à la Kalachnikov ». Cet article n’a rien de politique mais analyse simplement froidement la situation. Sa lecture vous laisse un frisson dans le dos.

La thèse développée commence avec le scénario imminent d’une reconquête des territoires de l’Etat Islamique en Syrie et en Irak, reconquête qui va engendrer une dispersion des djihadistes dans le monde et tout particulièrement en Europe.

L’Europe occidentale, vérolée par le salafisme, est un terrain d’accueil idéal pour ces fous d’Allah. Quelle sera leur mission ? Bien évidemment préparer une guérilla urbaine à relativement court terme en employant les méthodes simples du terrorisme : attaques suicides avec ceintures d’explosifs, voitures piégées, pickups équipés de mitrailleuses qui sortent de nulle part, utilisation de lance-roquettes. Et puis bien sûr il s’agira de contrôler la population quartier par quartier avec application de la charia et un endoctrinement systématique des jeunes. Les quartiers seront sécurisés avec des liaisons entre immeubles par tunnels.

L’Angleterre, contrairement à la France, a accepté et même organisé le communautarisme ce qui facilite le contrôle des quartiers et évite les conflits ethniques ou religieux. Les Etats-Unis fonctionnent sur le même modèle.

La France refuse le communautarisme par principe mais elle le laisse prospérer dans la pratique. Dans l’étude mentionnée ci-dessus il est indiqué que l’intégration ne fonctionne plus dès lors que la population immigrée dépasse les 20% de la population totale. Ce seuil est ramené à 10% pour les musulmans dans les pays de racine chrétienne comme la France. Dans certains quartiers anglais, le pourcentage d’immigrés atteint 100%. La France n’a pas encore atteint ce stade mais elle en approche quand on regarde le pourcentage de musulmans dans les villes suivantes :

  • Le Ménil Métry : 67%
  • La Courneuve : 43%
  • Aubervilliers : 42%
  • Clichy-sous-Bois : 40%
  • Verneuil Grand : 39%
  • Saint Denis : 37%
  • Pantin : 32%
  • Le Blanc Ménil : 31%
  • Drancy : 31%

Au total, il y a en France 28 villes de taille moyenne dont la population musulmane dépasse les 20%. Mais au sein de ces villes, certains quartiers sont quasiment au seuil de 100%.

Et il y a bien pire que les salafistes. La France a laissé entrer sur son territoire les takfiris du GIA de Zouabri et Zitouni qui ont perdu la guerre contre le gouvernement algérien. Ceux-là sont des professionnels et de vrais méchants.

La France n’est pas la seule à avoir un problème sérieux devant elle. Il est encore plus sévère pour deux pays Européens qui ont accepté une immigration musulmane massive, de 15% à 17% de leur population : la Suède (politique d’Olof Palme) et la Norvège.

Il y a actuellement des zones de non droit à Oslo et à Stockholm. La police d’Oslo, face à la transformation du quartier de Gronland en une annexe de Karachi, a récemment avoué : « nous avons perdu la ville et ce sont les patrouilles de la charia qui contrôlent le quartier ». En Suède, les émeutes de Stockholm de 2013 ont, en partie, réveillé la population de son idéalisme humanitaire et de sa naïveté face à un islam destructeur et conquérant.

En France, les incidents et batailles de rues avec les forces de l’ordre se multiplient. Qui peut être assez naïf pour croire que ces débordements naissent spontanément et sont organisés par les jeunes des banlieues ? Il y a évidemment des manipulateurs entraînés qui exacerbent les haines et appellent à la violence.

Les nations européennes ont jusqu’à présent assisté à une forte implantation musulmane et à une prise de contrôle de certains quartiers à travers l’Europe. Va-t-on maintenant passer à l’étape de conquête de l’Occident avec comme but ultime l’installation d’un Califat ? Car c’est bien cela le but des islamistes.

Nos besoins en pétrole nous ont conduits à inonder les wahhabites de pétrodollars. On les a laissés développer le salafisme sur des populations dociles. A l’origine une version paisible du salafisme s’est répandue, le salafisme quiétiste. Mais c’est maintenant un salafisme de combat qui a pris le dessus, le salafisme djihadiste. Ce salafisme dur rejette toutes les idées occidentales humanistes et les principes philosophiques et politiques de l’occident tels la démocratie et la laïcité. Par ailleurs il se refuse à toute intégration car l’islam ne peut être que pur et tout non-musulman est impur.

Aujourd’hui encore la gauche et une partie de la droite n’ont pas compris que la poursuite de l’immigration musulmane est le carburant dont les salafistes ont besoin pour faire main basse sur les quartiers et organiser des milices qui pourront déclencher des guérillas urbaines. C’est de là que viendra le prochain choc de civilisations. Les habitants pacifiques des quartiers n’ont pas les moyens de lutter contre les extrémistes car les gouvernements français successifs ont tous démissionnés et laisser des zones de non droit tomber aux mains des salafistes.

Faudra-t-il bientôt ramener nos Rafales du Moyen Orient pour bombarder Alep-sur-Seine ?

CLUB DANTON

Déjà 2 commentaires, laissez un commentaire

2 commentaires actuellement

  1. Déjà c’est pas des salafistes daesh mais des takfiristes. Ensuite, le but c’est de diviser les gens, que ce soit le chaos et mettre en place le NOM.
    Vous êtes un amateur cher monsieur. Ouvrez donc les yeux au lieu de manger du BFMTV.

  2. Au delà du caractère apocalyptique de cet article, je me contenterai de constater que ceux qui nous gouvernent depuis des décennies,
    Soit n’ont pas prévu ce problème,
    Soit l’ont pressenti mais ont joué l’autruche,
    Soit l’ont considéré comme inéluctable et ont choisi de « l’accompagner’

    Dans chacun des trois cas, leur attitude est inadmissible et il est de la plus haute importance de les dégager.

    Il ne s’agit pas de les remplacer nécessairement par des extrémistes mais tout simplement par des gens conscients, déterminés et pragmatiques.
    Nicolas DUPONT-AIGNAN répond parfaitement à cette définition.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *