« La Vérité, l'âpre Vérité »

La France, nouvelle patrie de Lyssenko

  • 9 août 2019

Lyssenko est cet ingénieur agronome russe qui a inventé la « vernalisation », technique qui a mis à genoux l’agriculture soviétique. Il a obtenu pour des théories très controversées et non prouvées, le soutien total de Staline et du régime soviétique. Il a mis au point une agriculture d’état et ses très nombreux détracteurs ont tous fini au goulag. Malgré les nombreux échecs de l’agriculture lyssenkiste, le programme a perduré jusqu’à la fin du communisme car il était devenu une religion d’état.

Le lyssenkisme se définit comme suit : « doctrine qui s’appuie sur des postulats faussement scientifiques pour étayer une conclusion prédéterminée liée à un objectif idéologique ou politique ». Cela ne vous rappelle rien ? C’est exactement la doctrine actuelle de l’écologisme politique qui trouve sa meilleure application dans la lutte contre le soi-disant dérèglement climatique d’origine humaine.

 

La France, qui a une forte culture sous-jacente communiste, rêve de reproduire un système à la Lyssenko où l’agriculture serait gérée par décret et où les agences d’état comme l’INRA seraient chargées de mettre en œuvre les programmes étatiques.

 

Ce n’est malheureusement pas qu’un rêve car le cauchemar est devenu bien réel pour nos agriculteurs qui sont ruinés à petit feu par nos apprentis Lyssenko.

 

Trois cas illustrent parfaitement ce lyssenkisme à la française.

 

Les OGM ont été interdits en France par suite d’une étude truquée réalisée par un pseudo-scientifique (Séralini) qui a prétendu que les OGM étaient cancérigènes. Les résultats de Séralini ont été invalidés et l’imposture révélée mais cela n’a pas empêché la France de prendre des mesures d’interdiction d’utilisation des OGM et même de toute recherche sur les OGM. La France et son agriculture, qui était à la pointe de ce sujet il y a une vingtaine d’années, a maintenant accumulé un retard énorme car les OGM se sont développés massivement dans le monde, y compris en Europe. La France a du reste longtemps enfreint les règles européennes en la matière puisque l’utilisation des OGM est autorisée en Europe. Et la France est évidemment contrainte d’importer, d’Espagne par exemple, des produits utilisant des OGM. Séralini est un des fossoyeurs de l’agriculture française et ses mensonges et impostures devraient le conduire en prison mais il est toujours soutenu par la secte de l’écologisme politique qui voit en lui un combattant contre le capitalisme.

 

Le glyphosate est un autre exemple d’une décision politique prise sur la base d’informations faussement scientifiques et totalement erronées. Il faut le rappeler sans cesse : aucune agence sanitaire au monde, y compris l’ANSES en France, ne considère le glyphosate comme cancérigène. Les militants de l’écologie politique ont cependant réussi à faire croire à l’opinion que le glyphosate était cancérigène et la France, pour faire plaisir aux écolos, a décidé d’interdire l’utilisation du glyphosate. Cette interdiction est déjà en vigueur pour les particuliers ou les collectivités locales et elle doit entrer en application dans trois ans pour les agriculteurs alors que l’Europe avait proposé de renouveler l’autorisation d’utilisation pour 10 ans.

 

Pour calmer l’absurde obstination française, l’Europe a fait procéder à une nouvelle étude qui a confirmé que le glyphosate n’était pas cancérigène. Mais la loi française perdure et va plomber la compétitivité de nos agriculteurs. Comme Lyssenko en son temps a défendu jusqu’à la mort ses techniques, la France prétend que des techniques alternatives existent mais c’est faux. Tout ce qui remplace le glyphosate est beaucoup moins efficace et parfois beaucoup plus dangereux. L’exemple est donné par le nouveau Roundup commercialisé en France. Dans certaines formulations, le glyphosate a été remplacé par de l’acide acétique… c’est-à-dire du vinaigre… Mais il est vendu dans les jardineries vertes à 10 fois le prix du vinaigre… c’est cela l’écologie…

 

Le bio est un autre exemple de vaste arnaque. Alors que tous les produits phytosanitaires utilisés en agriculture traditionnelle sont longuement testés et font l’objet d’une autorisation de mise sur le marché, les pesticides et herbicides bio ne font l’objet de quasiment aucun contrôle. Certains d’entre eux se sont du reste révélés dangereux, pouvant provoquer la maladie de Parkinson. D’autres, comme le sulfate de cuivre, ruinent les sols sur lesquels ils sont utilisés. Enfin, le volume des pesticides bio est plus de 6x celui des pesticides chimiques. Ce sont les consommateurs qui servent de cobayes pour tous ces produits bio. Ceux qui veulent rester en bonne santé devraient s’abstenir de manger bio !

 

La méthode de Lyssenko est assez simple car en dialectique un mensonge répété 10 fois devient une vérité. Lorsqu’il est répété 1000 fois cela devient une religion !

 

 

CLUB DANTON

 

Déjà 2 commentaires, laissez un commentaire

2 commentaires actuellement

  1. C’est très bien de dénoncer, mais qui nous délivrera de ce fléau communiste qui ronge la société comme un cancer en semant des métastatesecolo-idéologiques?

  2. C’est un peu comme l’ENA et l’Administration Française on va jusqu’au bout même si c’est une erreur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.