« La Vérité, l'âpre Vérité »

Inspecteurs du travail

  • 5 novembre 2019

        Depuis l’exemple déplorable donné par Filoche, l’Inspection du Travail n’a pas changé.

        On vient de le constater à nouveau avec l’avis positif de deux grandes âmes d’Inspecteurs sur le bien-fondé du droit de retrait dans le conflit SNCF. Le fait que les Inspecteurs du Travail ne sont pas compétents en matière de sécurité à la SNCF ne semble émouvoir personne…

        En théorie, un Inspecteur du travail s’engage sous serment à être impartial et libre de tout lien politique. Mais qui se préoccupe encore d’un serment sur l’honneur depuis que l’Eglise n’envoie plus personne en enfer pour parjure…

        Regardons la réalité du terrain.

        Contrairement à ce qu’on voudrait nous faire croire, les inspecteurs du travail n’ont aucune impartialité et sont au contraire très fortement syndiqués et politisés. Ils sont même un des leviers utilisés par l’ultragauche pour infiltrer et détruire l’économie. Aux dernières élections du corps des Inspecteurs du Travail du 6 décembre 2018, les sièges ont été attribués comme suit :

  • CGT : 3
  • SUD : 2
  • CFDT :1
  • FSU : 1
  • UNSA – FO – CFTC : 0

        Le résultat est éloquent : 6 sièges sur 7 ont été attribués à des syndicats inféodés à des organisations révolutionnaires et anticapitalistes. De plus, un bon nombre sont encartés NPA.

        Et comment tout cela fonctionne-t-il sur le terrain ?

        Il y a des réunions permanentes au sein des organisations départementales CGT ou SUD pour définir les cibles et organiser la lutte contre le capitalisme et l’économie libérale dans les entreprises. Le seul but est la volonté de détruire. La protection des salariés n’est qu’un alibi.
Les inspecteurs du travail sont en dialogue permanent avec les syndicats révolutionnaires et leurs délégués syndicaux au sein des grandes entreprises afin de trouver le moyen de contrer les chefs d’entreprise. Car le but est bien là : il faut détruire les entreprises et pour cela attaquer leurs dirigeants.

        Lorsqu’un Inspecteur fait une visite inopinée dans une entreprise, le délégué syndical CGT ou SUD est à la porte pour l’accueillir. En fait la visite a été préparée à l’avance par l’inspecteur avec les délégués les plus radicaux… Et le plus comique est que dans les textes, l’Inspecteur du Travail est censé aider les chefs d’entreprise… quelle dérision !

        Les Inspecteurs sont sous la responsabilité administrative de l’Etat (la Dirrecte) mais l’administration n’a aucun pouvoir sur les Inspecteurs qui ont une liberté d’action totale, quoiqu’ils fassent. Et les Inspecteurs du Travail sont passés maître dans l’art de détruire les entreprises, en attaquant les patrons, pour in fine détruire le capitalisme.

        Les Inspecteurs du travail font partie intégrante de la hiérarchie d’action des organisations syndicales. Voici l’exemple de la hiérarchie pyramidale de la CGT :

  • Martinez
  • Comité central
  • Sections locales
  • Inspecteurs du Travail
  • Délégués syndicaux

        Eh oui ! Le vrai patron des Inspecteurs du Travail, c’est Martinez et sa clique. Ces gens sont la vérole de la société française qui ne sortira pas de ses contradictions sans un bon coup de balai pour dégager tous ces vauriens. Qui en aura le courage ?

        CLUB DANTON

Déjà 2 commentaires, laissez un commentaire

2 commentaires actuellement

  1. En terme de Sécurité et sûreté dans les transports ET les installations classées rattachées seules les DRIRE sont compétentes pour imposer les règles fondamentales.
    Il serait séduisant de mettre en relation ces 3 entités:
    -SNCF
    -DRIRE
    -INSPECTION DU W

  2. C’est effectivement un véritable fléau qui ruine l’économie. Il ya aussi, dans une moindre mesure certes, les médecins du travail, qui ne sont vraiment du côté des patrons. Défense du salarié avant tout, surtout en cas de burn out !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.