« La Vérité, l'âpre Vérité »

Le problème des banlieues

  • 4 novembre 2019

        Depuis 50 ans, les analystes de tous bords nous proposent des théories multiples et des explications parfois loufoques sur le problème des violences dans les banlieues. Leurs explications sont souvent sociales et ethniques et les mesures proposées ne sont que des mesurettes car il ne faut surtout pas froisser les droit-de-l’hommistes, les gauchistes, les anticapitalistes et les anti-racistes qui manipulent la religion musulmane pour combattre la culture judéo-chrétienne.

        Cependant l’analyse que personne ne veut mettre en avant est simpliste et unique. Il faut que la peur change de camp. Ce ne sont pas les policiers, les gendarmes ou les pompiers qui doivent avoir peur, mais les délinquants et les bandes de racaille.

        Cette affirmation va certainement faire dresser les cheveux sur la tête des imbéciles heureux qui vivent tranquillement loin des banlieues et à l’abri du problème mais qui sont les premiers à critiquer le gouvernement si les mesures nécessaires ne sont pas prises.

        Comme sur beaucoup de sujets, il est très intéressant de regarder ce qui a été fait dans d’autres pays pour que la peur change de camp. L’exemple de la ville de New-York qui est passé d’une des villes les plus violentes au monde à l’une des plus sures est éloquent.

        Sans prétendre à l’exhaustivité, voici une liste de mesures qui peuvent être prises, dans un contexte où la violence est telle que si rien n’est fait nous aurons bientôt des policiers carbonisés ou tués par des tirs de Kalashnikov :

  • Equiper les forces de l’ordre de véhicules blindés ou semi-blindés de l’armée ou du type utilisé par les transports de fonds. Ces véhicules seraient armés de lance-grenades lacrymogènes en tir courbe – similaires à ceux que la police possède aujourd’hui. Mais ils pourraient aussi projeter des jets de lacrymogène au poivre ou des grenades à souffle, beaucoup plus efficaces et nocives. L’avantage de ces véhicules est qu’ils peuvent avancer parmi les manifestants, en faisant le vide autour d’eux,
  • Equiper les forces de l’ordre de drones permettant de lancer des grenades lacrymogènes sur les toits et, si nécessaire, des grenades à souffle plus puissantes,
  • Etudier des matériels semi-blindés, utilisables par les pompiers, d’extinction au sol de feux provoqués par les casseurs (feux de véhicules, de poubelles, de matériaux, de rez-de-chaussée),
  • Utiliser des balles en caoutchouc de grande portée, en particulier contre les incendiaires,
  • Utiliser des paintballs indélébiles pour marquer durablement les agresseurs,
  • Passer une loi condamnant les mineurs récidivistes, utilisés massivement par les caïds, aux mêmes peines que les adultes,
  • Encourager les dénonciations en rémunérant convenablement les indicateurs. En parallèle, enregistrer et analyser les appels pour identifier les faux indicateurs qui cherchent, soit à saturer le système, soit à calomnier.

        Evidemment, de telles mesures doivent rester d’exception et ne peuvent s’appliquer que dans des cas de situations quasi-insurrectionnelles, malheureusement de plus ne plus fréquentes. Il ne s’agit bien sûr pas de mettre l’armée dans les banlieues mais de donner aux forces de l’ordre des moyens équivalents à ceux de l’armée dès lors qu’elles font face à des révoltes armées communautaires, qui deviendront semblables aux combats de rue bien connus en Irak ou en Syrie.

        Voici une dernière suggestion qui va faire bondir les bonnes âmes de la bien-pensance droit-de-l’hommiste mais qui serait très certainement validée par référendum : utiliser les détecteurs de mensonges (polygraphes) sur les djihadistes soi-disant repentis ou sur les individus radicalisés. C’est une pratique courante aux USA, au Canada et même en Belgique, pays qui ne sont pas réputés totalitaires. Bientôt même nos aéroports en seront pourvus pour les voyageurs hors espace Schengen. Et si le détecteur de mensonges n’est pas suffisant, on peut utiliser le sérum de vérité qui a un taux d’efficacité de 80% avec les nouvelles formules.

        Toutes ces mesures demandent un énorme courage politique. S’il ne fallait en retenir qu’une, l’utilisation de véhicules semi-blindés de l’armée permettrait de faire un grand pas en avant.

        CLUB DANTON

Déjà un commentaire, laissez un commentaire

1 commentaire actuellement

  1. je crains fort que cela se termine tres,tres mal,si aucune mesure importante n’est prise a temps(peut etre trop tard!!),le jour ,la minute ,la seconde ou “que…quelqu’un sortira son fusil de chasse et fera feu……apres on dira;si on avait fait le necessaire!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.