« La Vérité, l'âpre Vérité »

Désindustrialisation et temps de travail

  • 28 août 2020

La France se désindustrialise pour de nombreuses raisons bien connues et en particulier parce que les impôts de production et les charges sociales sont parmi les plus élevés au monde. Mais il y a une autre raison plus profonde et moins médiatisée : les ingénieurs français ne travaillent plus suffisamment pour être les moteurs qu’ils ont été pendant les 30 glorieuses.

Par ailleurs l’administrations française a longtemps été dirigée par les grands corps d’ingénieurs techniques qui ont bâti la France que nous connaissons. Mais ils ont été remplacés par des administratifs qui ne construisent plus rien si ce n’est des montagnes de normes, de règles, d’interdits. Et la France se désindustrialise tranquillement mais surement depuis plus de 20 ans.

Car l’industrialisation d’un pays est l’affaire des ingénieurs. Pendant longtemps les ingénieurs français ont été considérés comme les meilleurs du monde à parité avec leurs homologues du nord-est des USA.

Il n’y a pas si longtemps un ingénieur travaillait officiellement 6 jours sur 7 pendant 8 heures. Il avait entre 2 et 4 semaines de congés selon son ancienneté et il faisait souvent des heures supplémentaires non rémunérées. Par ailleurs, son temps de travail était très proche de son temps de présence.

Aujourd’hui, bien que souvent en forfait jour, un ingénieur français fait ses 35 heures de présence sur 5 jours avec un travail effectif souvent inférieur à 30 heures. Il débute avec 5 semaines de congés, auxquelles peuvent s’ajouter 2 semaines de RTT.

Par ailleurs, autrefois la quantité d’information qu’il fallait extraire de la littérature et du marché était beaucoup plus faible qu’aujourd’hui. Il est maintenant impossible à un ingénieur compte tenu de son temps de travail de connaitre les informations souvent mondiales sur son marché. Il a une grosse difficulté à encadrer ses équipes, à se former, à connaitre son marché et les réglementations techniques et sociales produites à la pelle et qui évoluent en permanence. Et les ingénieurs qui ne se forment pas durant leur temps de travail deviennent vite des incompétents.

Et c’est pour cela que bon nombre d’ingénieurs choisissent des filières non industrielles et non techniques : banque, assurance, conseil, administration, … Ils n’ont plus envie d’assumer le rôle d’un véritable ingénieur et cadre. Bien sûr il y a encore en France des ingénieurs qui veulent être compétents et bien se former mais pour cela ils choisissent souvent de s’expatrier en début de carrière car ils ne veulent pas travailler au milieu d’une foule de nuls. Et ces ingénieurs passionnés et formés en France deviennent souvent des leaders reconnus dans leurs pays d’expatriation.

L’un des problèmes français restent le temps de travail. Le forfait jour permet en principe aux ingénieurs français de travailler le temps nécessaire pour être efficace et pour être des moteurs. Les 10 à 20 jours de RTT ont été créés pour compenser les heures supplémentaires. Malheureusement la majeure partie des ingénieurs travaillent ou plutôt ont un temps de présence de 35 heures. Ils ne font pas d’heures supplémentaires mais profitent tout de même des RTT correspondant à ces heures. Avec cette logique, autant abaisser le temps de travail. Tant qu’à avoir des ingénieurs incompétents, qu’ils soient présents 35 ou 32 heures ne change pas grand-chose.

CLUB DANTON

Déjà 3 commentaires, laissez un commentaire

3 commentaires actuellement

  1. Pourquoi se plaindre ? Tout le monde l’a voulu, améliore la vi de famille ou autre, le temps des loisirs, et éviter les tracasseries de fonctionnaires arrogants et inutiles. Je serais ingénieur, j’agirais de même. La France ? Qu’est-ce-que c’est ? Des fourberies accumulées et un esprit cocardier inspiré au peuple pour qu’il ne rechigne pas trop à acquiescer aux laideurs des politiques.
    Et puis, viva la muerte.

  2. Et pour les services publics, les RTT sont devenus des droits quelles qu’en soit les heures de travail. Alors faut-il s’étonner …

  3. Toujours le Pb sans solution pour les PME France vs le
    Mittelstand Germanique
    – marchés nationaux :
    Administration tatillonne
    Gestion des heures sup
    Syndicats à l’affût
    Inspection du travail
    -Marchés Export
    Export sans parachute
    Innovation (Cf Brevets+ Soleau)
    Notre PME est toujours “bonne à traire”.
    -Partenariats suicidaires:
    Avec les EPICS,l’Etat, les Majors.

    Cross the fingers, good hunting.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.