« La Vérité, l'âpre Vérité »

Oui on est en guerre !

  • 30 mars 2020

        On est en guerre et on aurait espéré une mobilisation générale comme en 14 ou en 40.

        On a besoin de soldats et heureusement on en a des bons qui ont du courage : dans les hôpitaux et plus généralement toutes les structures médicales, dans nos services d’intérêt général, dans l’agriculture, dans les services d’aide à la personne, dans les Ehpad, dans les supermarchés, et dans toutes les industries qui constituent la deuxième ligne de la nation et sans lesquelles les soldats seraient vite démunis.

        Mais quel pourcentage de la population ces braves représentent-ils ? Un gros tiers ?

        On a besoin de soldats mais on trouve beaucoup de rouspéteurs – qui passent leur temps à se tourner les pouces en jugeant le travail et les décisions des autres – et un paquet de « nouilles ».

        Les rouspéteurs sont là depuis quelque temps déjà et grâce à leur entrainement ils sont capables de tenir sans rien faire jusqu’à la fin de la pandémie. Et ils se laisseront soigner en rouspétant et en se plaignant que l’hôpital ne soit pas un cinq étoiles.

        Quant aux « nouilles », il en existe de nombreuses catégories :

  • Tous ceux qui confondent télétravail et travail devant la télé,
  • Tous ceux qui se mettent en arrêt maladie avec des certificats de médecins complaisants, après un examen réalisé par Internet en ne prenant aucun risque.
  • Tous ceux qui se promènent avec un masque inutile, même quand ils sont dans leur voiture.

        Et puis il y a tous ceux qui n’ont pas compris qu’ils doivent de toutes façons tomber malades car les sources de contagion sont multiples : les enfants, les chariots de supermarché, les rampes d’escalier, les poignées de toilettes, les emballages, … Au final c’est probablement un français sur deux qui devra être atteint pour arrêter pour de bon la propagation de l’épidémie.

        Les soldats sont les plus exposés et on les remercie de tout cœur.

        Mais les rouspéteurs et les nouilles doivent tomber malades pour protéger les autres, qu’ils le veuillent ou non.

        La bonne nouvelle avec cette pandémie, c’est que même les égoïstes et les lâches vont protéger les autres.

        Et même nos amis des syndicats révolutionnaires de SUD-NPA ou CGT-NPA, qui essaient de profiter de la situation pour détruire le capitalisme, seront obligés de recevoir en premier le fameux Coronavirus qu’ils ont appelé de leurs vœux… Le pire pour eux c’est qu’ils vont peut-être sauver quelques capitalistes…

        CLUB DANTON

Déjà un commentaire, laissez un commentaire

1 commentaire actuellement

  1. heureusement le CO 19 est un virus gentil car si c’était celui de 1917 il y en aurait bien plus sur le carreau, surtout avec nos soi-disant décideurs éclairés actuels. C’est désespérant !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.